Créer un livre dont vous êtes le héros

Mis à jour : sept. 11


Il y a quelques mois, je me suis lancé le défi de créer un livre dont vous êtes le héros. Cette idée, je l'avais eu adolescent et c'était resté dans un coin de ma tête. Et ce qui n'était qu'une envie nostalgique est devenu beaucoup plus concrète. Le principe du livre dont vous êtes le héros est assez simple et je me suis dit que je pouvais être à la hauteur de ce genre de création, il suffisait d'écrire, de faire quelques dessins et d'avoir des idées. J'avais besoin d'un exutoire, un espace où je pourrais explorer les recoins de mon imagination, tout ça de façon autonome et en totale liberté. J'ai commencé par voir ce qui existait et j'ai découvert tout une terminologie. Dans la catégorie des livres dont vous êtes le héros, on retrouve pas mal de chose qui ressemble de près ou de loin à ces livres-jeux. L'acronyme LDVELH pour commencer, pas facile à prononcer ou à retenir, gamebook pour la version anglaise, narration ou fiction interactive... J'ai donc pris un peu de temps à parcourir des forums ou des blogs à la recherche d'informations. J'ai testé quelques jeux mais je restais sur ma faim. Soit le texte était omniprésent et peu interactif, soit il fallait comprendre les codes de ce type de narration (je pense notamment aux fictions interactives avec un Parser). Bref, dans tous ça, je ne retrouvais pas l'ambiance des livres dont on vous le héros et cela me donnait encore plus envie de créer mon livre-jeu.


Au tout début, je pensais à faire simplement des pages PDF connectées entre elles par le même système de numérotation que dans les LDVELH. J'ai vu pas mal de fictions créées sur le net et ça me paraissait simple et efficace. Sauf que. A moins d'être un maniaque de l'organisation et de la structuration, cela devient vite contraignant. Il y a peu de souplesse dans ces longs blocs de texte en pdf. Il faut à mon avis écrire toute son histoire, toute son arborescence avant de se lancer. J'ai vite compris que ça marcherait pas pour moi.


J'ai cherché et testé des logiciels qui semblait pourvoir m'aider dans cette création. ZTAB paraissait prometteur. Il y avait aussi Twine mais je n'ai même pas pu commencer une histoire, vite rebuté par sa complexité et son manque d'ergonomie. Ink, qui semble très utilisé, je n'ai même pas voulu tenter. Tous ces logiciels semblaient vouloir me demander une implication que je ne pouvais fournir. Pour moi l'essentiel était de travailler sur l'histoire et pas de perdre du temps à apprendre un logiciel.


Et puis, je suis tombé sur Celestory, et là tout a commencé à s’emboîter!






Formulaire d'abonnement

  • Facebook
  • YouTube

©2020 par UTOPIC BOOK.